Bioman aurait-il délaissé son combat contre le mal pour cultiver son jardin ? En tout cas, dans les campagnes japonaises, il est désormais possible de croiser d’étranges créatures, mi-hommes mi-robots, qui élaguent les arbres, taillent les vignes et récoltent les fruits avec leurs bras artificiels. Si les exosquelettes tentent de prendre la clef des champs, c’est grâce aux efforts de recherche de trois firmes nippones qui ont chacune prévu de commercialiser un modèle d’armure spéciale cueillette avant la fin de l’année 2017.   « Dans les campagnes, les agriculteurs ne cessent de vieillir, la moyenne d’âge s’établissant désormais à 67 ans. Pour éviter que les paysans ne se tuent à la tâche, les armatures motorisées doivent permettre de renforcer leur puissance musculaire, d’augmenter leur rendement et de prévenir les douleurs », explique le professeur Shigeki Toyama, de l’université d’agriculture et de technologie de Tokyo, qui s’attelle depuis près de deux décennies à la fabrication d’un kit de super-fermier. Il y a urgence : le Japon importe aujourd’hui 60 % de ses denrées alimentaires, le pire score parmi les pays les plus industrialisés. Surtout, les campagnes de l’archipel se vident : ils étaient 14,54 millions à y travailler en 1960, contre 2,1 millions actuellement.  

Lire la suite